Crazy cups

– Tranche d’âge conseillée: A partir de 5 ans

– Nombre de joueurs : De 2 à 4 joueurs

– Durée d’une partie : De 10 à 20 minutes

– Prix moyen: 20€

Descriptif du jeu :

Le jeu du Crazy Cups est un jeu alliant observation et rapidité.

Tout le monde joue en même temps, et c’est le plus rapide mais aussi le plus exact qui l’emporte.

Explication résumée :

Le jeu comprend quatre lots de 5 gobelets ou « cups » noire, bleue, verte, jaune et rouge, 20 cartes et une sonnette.

crazy cups 1

Chaque joueur dispose d’un gobelet de chaque couleur et les place devant lui.

Les cartes sont disposées au milieu, en tas, faces cachées, ainsi que la sonnette.

crazy cups 2

Un des joueurs, fixé à l’avance ou à tour de rôle, retourne une carte pour la rendre visible de tous.

Le premier joueur ayant empilé ses gobelets dans le même ordre de couleur que les dessins sur la carte peut appuyer sur la sonnette.

Après vérification il emporte la carte si l’ordre est bon, sinon la manche reprend.

crazy cups 3

Le joueur ayant totalisé le plus de cartes à la fin de la partie emporte le jeu.

L’intérêt est qu’il n’y a pas de tour et que les joueurs, jouant en même temps, sont stimulés dans la rapidité d’action.

Pour les plus petits ou au début, il est tout à fait possible de faire une variante de règles et d’instaurer un système de tour pour que les enfants se familiarisent au geste, sans être stressé par le temps ou la compétition.

Facilité de compréhension :

Dans l’ensemble les règles restent très simples et les enfants comprennent très vite le concept. Le temps dune partie pour se familiariser et ils sont lancés.

Durée de vie du jeu :

Le jeu vieillit bien dans son ensemble de manière générale, notamment les gobelets qui sont en plastique.

Comme pour tous les jeux comprenant des cartes, je recommande de les plastifier pour les garder en état impeccable.

Sinon c’est typiquement le genre de jeu qu’on peut sortir quand on veut faire un jeu rapide.

Si jamais, vous pouvez le trouver ici.

Publicités

Quoi acheter à bébé pour son premier anniversaire ?

Souvent, sur les groupes Facebook, on voit la question « Quoi acheter à bébé pour son premier anniversaire ? ».

J’avoue mettre aussi posée longuement la question au moment voulu, et me suis dis que partager avec vous les préférences de bébé actuellement peut aider à se projeter.

Bébé va bientôt avoir 18 mois, et a un tas de jouets de toutes sortes (l’avantage d’avoir un grand frère et une grande soeur, et une tata qui trie régulièrement les jouets de son cousin de 3 ans et nous donne pas mal de choses :D).

Dans tout ce tas de jouets, il y a énormément de choses qu’il n’utilise pas (et là on est content de pas les avoir acheter lol), et a une dizaine de jouets « préférés ». Ses préférences vont nettement vers les jouets dits d’imitation, et à cet âge c’est bien normal.

J’avoue avoir une préférence de manière générale pour les jouets pas trop stimulants, ni au niveau visuel ni au niveau auditif,  en privilégiant le bois comme matière. Après comme dit plus haut, on fait aussi avec ce qu’on nous donne, et on essaie de ne pas trop resté fermés non plus.

Il y aura prochainement un article autour de la lecture, du coup je ne parle que des jouets.

Comptent parmi ses jouets « préférés » :

dinette

  • Une dinette

On l’a achetée à Ikea. En bois, pile à sa taille, on l’a prise avec les ustensiles de cuisine et les fruits et légumes en tissu. Lui qui touchait tout le temps nos ustensiles est content d’avoir les siens qui sont pour le coup identiques aux nôtres, et joue énormément avec les aliments. Gros plus pour les fruits et légumes qui sont reproduits avec une vision de l’intérieur, et qui pour certains possèdent des scratchs. On peut par exemple éplucher en partie la banane.

 

  • Un balaibalai


Un peu dans le même esprit que pour la dinette, bébé est beaucoup dans l’imitation, et « m’aide » à faire beaucoup de choses (mettre le linge dans la machine à laver, mettre ses couches à la poubelle…). Il n’arrêtait pas de piquer notre balai et le passer partout dans la maison. Du coup, on a fini par lui en acheter un rien que pour lui, et plusieurs fois par jour il le prend et le passe partout dans la maison.

 

  • Un établi de bricolageétabli

 

Acheté pour son frère initialement, bébé passe du temps à nous imiter bricoler. Visse des écrous, plante des clous, joue avec la perceuse et les engrenages… Gros gros succès aussi.

 

 

  • Un ballon

Il y joue déjà beaucoup chez l’assistante maternelle avec les copains. A la maison il y joue pas mal aussi (en journée, on est gentils avec les voisins), ou au square. A la main, au pied, selon ses humeurs.

 

  • Une pyramide étoilespyramide

Au début il avait du mal à empiler les étoiles et jouait essentiellement en appuyant sur le bouton qui lance la musique. Maintenant il y arrive très bien, et la musique l’enchante toujours autant.

 

 

 

  • Une maison des animauxferme des animaux

Il n’utilise pas encore tous les modes de fonctionnement du jeu, mais il a compris très vite où appuyer pour avoir les chansons, danse et chante.

 

 

 

  • Un pouponpoupon

Piqué dans la chambre de sa soeur, un poupon qu’elle a depuis des années, amputé d’un bras suite à une dispute entre les deux grands, il le porte, le balade dans la maison, le caline, et le plus drôle passe dès fois de longues minutes à l’imiter en train de pleurer avant de lui mettre la tétine dans la bouche ou de me l’amener pour que je lui fasse un câlin. Lui qui n’a pas de tétine ça me fait bien rire.

 

 

  • Un téléphonetéléphone

 

Encore une fois, il est dans l’imitation. Il joue aussi avec le téléphone fixe quand il arrive à l’attraper. Tape sur les boutons, porte le téléphone à son oreille et discute. Tout comme nous en somme.

 

 

 

 

Et vous ? Qu’avez-vous choisi d’acheter, ou qu’avez-vous acheté ?

Quels sont (ou quels étaient)  les jeux ou jouets préférés de votre (vos) enfant(s) au même âge ?

Porridge aux flocons d’avoine

Encore une recette chinée sur les comptes Instagram healthy et/ou de fitness et/ou vegé que je suis.

Comme beaucoup de recettes que j’y prend (les pancakes par exemple, dont vous pouvez trouver la recette ici), et que j’adapte ou non, elle convient tout à fait pour bébé.


Pour une portion vous aurez besoin de :

  • 30g de flocons d’avoine (environ trois cuillères à soupe),
  • 15 cl de lait (pour ma part lait végétal ou maternel pour bébé mais c’est selon chacun).

Versez le lait dans une casserole et portez à feu doux. Ajoutez en pluie les flocons et laissez les gonfler en remuant au fouet (pour éviter que ça ne colle à la casserole).

Ça c’est la recette de base.

A partir de là, vous pouvez faire plus ou moins ce que vous voulez selon : l’âge de bébé, ses goûts, ce que vous avez dans le placard ou dans le frigo…

On peut très bien ajouter au mélange pendant la cuisson un fruit, par exemple une banane, coupé en morceaux. Mais aussi un soupçon de miel, de sirop d’agave ou de sucre.

On peut aussi faire ce qu’on appelle un topping, et rajouter sur le porridge versé dans un récipient : des fruits frais coupés, des fruits secs en poudre…


Exemple ici avec un porridge avec un peu de sucre de coco, saupoudré de noix de coco râpée :

 IMG_6924

Un autre à la banane avec en topping une cuillère à café de purée de cacahuètes :

IMG_6950

Bon appétit ^^

 

Quelle crème solaire choisir pour bébé ?

Après s’être attardés sur la composition des liniments ici et celle des gels lavants , on va aujourd’hui s’attarder sur les crèmes solaires.

Après des jours, que dis-je des semaines, et même des mois, le soleil va bien finir par repointer le bout de son nez de manière durable et il va falloir songer à protéger la peau de bébé.

Peu importe la crème choisie, il faut tout d’abord savoir qu’il est fortement déconseillé avant au moins un an, voire plus,  d’exposer bébé directement au soleil, surtout pendant les heures chaudes (entre 11 et 16 heures en moyenne)

On privilégie entre autres l’ombre, les vêtements couvrants, les chapeaux (à bords larges de préférence), les lunettes de soleil (minimum catégorie 3).

En effet, les premiers mois, la peau de bébé est particulièrement fine et fragile.

C’est ce qui m’amène à comparer les différentes crèmes parmi celles qu’on peut le plus facilement trouver en magasin, en pharmacie ou sur internet et que se recommandent les mamans sur les groupes Facebook.

Je n’ai volontairement choisi des produits à l’indice 50, et certains ne font pas partie du comparatif, les marques les déconseillant elles-mêmes pour une utilisation sur des enfants de moins de trois ans.

Il y a une catégorie « classiques », et une bio.

Pour chacune, vous pourrez trouver la liste des ingrédients qui la composent, qu’on peut appeler INCI.

Les ingrédients reconnus comme néfastes (irritants ou perturbateurs endocriniens) apparaîtront en rouge, ceux comme mitigés orange, ceux safe en vert, et ceux pour lesquels je n’aurai pas trouvé d’information resteront en noir.


Les « classiques »

Lait solaire très haute protection Mustelamustela

Aqua, coco-caprylate/caprate, caprylic/capric triglyceride, dicaprylyl carbonate, glycerin, diethylamino hydroxybenzoyl hexyl benzoate, lauryl glucoside, polyglyceryl-2 dipolyhydroxystearate, ethylhexyl triazone, persea gratissima (avocado) oil, phenylbenzimidazole sulfonic acid, titanium dioxide, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, pentylene glycol, potassium cetyl phosphate, stearalkonium hectorite, tocopherol, glyceryl caprylate, sodium hydroxide, dehydroacetic acid, alumina, xanthan gum, jojoba esters, propylene carbonate, perses gratissima (avocado) fruit extract.

ABCDerm solaire 50+ Biodermabioderma

Cyclopentasiloxane, aqua, zinc oxide (nano), titanium dioxide (nano), cyclohexasiloxane, polyglyceryl-3 polydimethylsiloxyethyl dimethicone, butylene glycol, dimethicone, ethylhexyl palmitate, glycerin, PEG/PPG-18/18 dimethicone, alumina, dimethicone/methicone copolymer, sodium chloride, ectoin, mannitol, stearic acid, pentylene glycol, xanthan gum.

Photoderm minéral SPF50+ Biodermabioderma

Decyl oleate, dicaprylyl carbonate, zinc oxide, caprylic/capric triglyceride, cocoglycerides, titanium dioxide, silica dimethyl silylate, polyhydroxystearic acid, tocopheryl acetate, hydrogenated palm glycerides citrate, stearic acid, alumina, tocopherol.

Lait SPF 50+ enfant Avène

avène

Avène thermal spring water (Avène aqua), C12-15 alkyl benzoate, dicaprylyl carbonate, méthylène bis-benzotriazolyl têtramethylbutylphênol (nano), water, glycerin, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, diethylhexyl butamido triazone, diisopropyl adipate, butyl methoxydubenzoylmethane, cetearyl isononanoate, lauryl glucoside, polyglyceryl-2 dipolyhydroxystearate, decyl glucoside, benzoic acid, caprylic/capric triglycéride, caprylyl glycol, citric acid, disodium edta, glyceryl behenate, glyceryl dibehenate, hydrogenated palm glycerides, hydrogenated palm kernel glycerides, polyacrylate-13, polyisobutene, polysorbate 20, propylène glycol, sorbitan isostearate, tocophérol, tocophérol glucoside, tribehenin, xanthan gum.

Spray solaire très haute protection SPF 50+ Klorane

klorane

Water (aqua), C12-15 alkyl benzoate, dicaprylyl carbonate, methylene bis-benzotriazolyl tetramethylbutylphenol [NANO], glycerin, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, diethylhexyl butamido triazone, diisopropyl adipate, butyl methoxydibenzoylmethane, cetearyl isononanoate, lauryl glucoside, polyglyceryl-2 dipolyhydroxystearate, decyl glucoside, benzoic acid, calendula officinalis flower extract, caprylyl glycol, citric acid, disodium EDTA, ethylhexyl paelmitate, fragrance (parfum), glyceryl behenate, glyceryl dibehenate, hydrogenated palm glycerides, hydrogenated palm kernel glycerides, polyacrylate-13, polyisobutene, polysorbate 20, propylene glycol, sorbitan isostearate.

Pur sun SPF 50+ Dermatherm

dermatherm

Citrus aurantium dulcis fruit extract, zinc oxide, caprylic / capric triglyceride, titanium dioxide, silica, dicaprylyl carbonate, thermal aqua, polyglyceryl-3 diisostearate, sucrose tristearate, polyglyceryl-2 dipolyhydroxystearate, stearic acid, cera alba, pongamol, glyceryl isostearate, alumina, magnesium sulfate, polyhydroxystearic acid, aluminium hydroxide, xanthan gum, tocopherol, bixa orellana seed extract, helianthis annuus seed oil, aqua, karanjin, sodium hydroxide.
Vous pouvez la trouver Crème Solaire Très Haute Protection ‘BABYSUN’ SPF50+ – 50ml » target= »_blank »>ici.

Lait très haute protection FPS 50+ Bepanthen soleil

bepanthen

Aqua, octocrylene, butyl methoxydibenzoylmethane, C12-15 alkyl benzoate, ethylhexyl salicylate, methylpropanediol, dibutyl adipate, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, phenylbenzimidazole sulfonic acid, distarch phosphate, potassium cetyl phosphate, panthenol, VP/eicosene copolymer, diethylamino hydroxybenzoyl hexyl benzoate, ethylhexyl
triazone
, stearyl dimethicone, diethylhexyl syringylidene malonate, octadecene, caprylyl glycol, phenylpropanol, glyceryl stearate, PEG-100 stéarate, sodium hydroxyde, sorbitan stéarate, argilla, xantham gum, tocophérol.

Lait velouté SPF 50+ Anthelios Laroche-Posayanthelios laroche-posay

Aqua, titanium dioxide, C12-15 alkyl benzoate, glycerin, bis-ethylheyloxyphenol methoxyphenyl triazine, alcohol denat, diisopropyl sebacate, butyl methoxydibenzoylmethane, propylene glycol, dimethicone, ethylhexyl triazone, stearic acid, potassium cetyl phosphate, aluminium polyacryldimethyltauramide/ammonium, polyacryloyldimethyl taurate, capryhyl glycol.

Lait enfant SPF 50 Vichy laboratoires

vichy

Aqua, propylène glycol, glycerin, diisopropyl sebacate, ethylexyl salicylate, alcohol denat, butyl methodoxydibenzoylmethane, titanium dioxide (nano); titanium dioxide, octocrylene, isohexadecane, ethylhexyl triazone, C12-15 alkyl benzoate, aluminum starch octenylsuccinate, stearic acid, triethanolamine, potassium cetyl phosphate, synthetic wax, acrylates/C10-30 alkyl acrylate crosspolymer, aluminum hydroxide, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, caprylyl glycol, dimethicone, disodium edta, glyceryl stearate, palmitic acid, PEG-100 stearate, phenoxyethanol, silica (nano)/silica, terephthalylidene dicamphor sulfonic acid, tocopherol, xantham gum.

Daylong kids SPF50+

daylong_kids_lotion_50plus_ohne_deckel

Eau, diéthylamino hydroxybenzoyl hexyl benzoate, méthoxycinnamate d’éthylhexyle, bis-éthylhexyloxyphénol méthoxyphényl triazine, C12-15 alkyl benzoate, dibutyl adipate, dicaprylyl carbonate, pentylène glycol, méthylène bis-benzotriazolyl tétraméthylbutylphénol (nano), diméthicone, éthylhexyl triazone, alcool, phosphate de cotyle, glycérine, alcool cétonique, triéthanolamine, panthénol, tocophérol, lécithine, carbomère, décale glucoside, propylène glycol, gomme xanthane, BHT, poudre de jus de feuille d’ale barbadensis. Petit plus : une des rares marques à mettre son INCI en français.

Ultra-hydratante crème visage & corps SPF50+ Topicrem

topicrem

Aqua, dibutyl adipate, diethylamino, hydroxybenzoyl hexyl benzoate, homosalate, glycerin, C12-15 alkyl benzoate, ethylexyl triazone, tridecyl salicylate, dimethicone, polyglyceryl-3 methylglucose distearate, polysilicone-15, polymethyl methacrylate, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, urea, beheneth-25, 1,2-hexanediol, methyl methacrylate crosspolymer, paraffinum liquidum (mineral oil), potassium cetyl phosphate, cetyl alcohol, xantham gum, ethylhexylglycerin, polysilicone-11,
chlorphenesin, C12-13 alcohols, tocopherol, silica, sodium hydroxyde, parfum.


 Les bio

Crème solaire enfant bio SPF50+ Algamaris Laboratoires de Biarritz

algamaris

Caprylic/Capric Triglyceride, Zinc Oxide, Cocos Nucifera Oil*, Coconut Alkanes, Titanium Dioxide, Polyglyceryl-2 Diolyhydroxystearate, Butyrospermum Parkii Butter*, Polyglyceryl-3 Diisostearate, Hydrogenated Vegetable Oil, Coco-Caprylate/Caprate, Lauroyl Lysine, Alumina, Stearic Acid, Glyceryl Caprylate, Gelidium Sesquipedale Extract, Maris Aqua, Potassium Olivoyl Pca, Tocopherol, Helianthus Annuus Seed Oil, Sodium Hydroxide. *Ingrédient issu de l’agriculture
biologique.

acorelle

Spray solaire haute protection SPF 50 Acorelle

Dicaprylyl carbonate, caprylic/capric triglyceride, titanium dioxide, argania spinosa (argan) kernel oïl*, aluminium hydroxide, stearic acid, polyglyceryl-3 diisostearate, oleyl alcohol, zanthoxylum alatum fruit extract, helianthus annus hybrid oil*, olea europaea (olive) fruit oil*, propolis extract*, pollen extract*. *Ingrédient issu de l’agriculture biologique.

Lait solaire très haute protection SPF 50+ Alphanova

alphanovaAloe Barbadensis Leaf Extract*, Dicaprylyl Carbonate, Titanium Dioxide, Glycerin, Caprylic/Capric Triglyceride, Simmondsia Chinensis Seed Oil*, Polyglyceryl-3 Diisostearate, Coconut Alkanes, Polyglyceryl-2 Dipolyhydroxystearate, Aqua, Polyhydroxy stearic Acid, Stearic Acid, Calophyllum Inophyllum Seed Oil*, Magnesium Sulfate, Sodium Chloride, Xanthan Gum, Aluminum Hydroxide, Sodium Levulinate, Glyceryl Caprylate, Alumina, Coco-Caprylate/Caprate, Sodium Anisate, Citric acid. *Ingrédient issu de l’agriculture biologique.
Vous pouvez la trouver Alphanova Lait solaire SPF 50+ très haute protection parfum Monoï 50ml » target= »_blank »>ici.

Crème solaire baby sun LSF/SPF50 Eco Cosmetics

eco cosmetics

Dioxyde de titane, polyglyceryl-2 dipolyhydroxystearate, polyglyceryl-3 diisostearate, caprylic/capric triglycérides, eau, extrait hydro-alcoolé de feuilles d’olivier, huile de soja* (génétiquement non modifié), beurre de karité*, glycérine végétale, huile d’olive*, extrait de feuilles d’olivier*, extrait de grenade*, glyceryl oleate (émulsifiant naturel), huile de colza*, huile d’argousier*, huile de rose sauvages*, huile de germes de riz, mica, extrait de racines de bois de réglisse, huile de jojoba*, sulfate de magnésium, huile d’onagre*, lecithine de soja (génétiquement non modifié), huile de macadamisa, tocopherol (Vitamine E naturelle), bisabolol, tocopheryl acétate (dérivé de vitamine E), stearic acid (emulsifiant naturel), hydroxyde d’aluminium, parfum mélange d’huiles essentielles. *Ingrédient issu d’une agriculture biologique. Petits plus : cette crème est vegan, non testée sur les animaux. C’est également une des seules marques où j’ai pu trouver l’INCI en anglais ET en français avec des explications sur certains composants.

Lait solaire LSF/SPF 50 très haute protection UV Bio uvbio

Titanium dioxide, polyglyceryl-2 dipolyhydroxystearate, polyglyceryl-3 diisostearate, caprylic / capric triglyceride, aqua, glycine soja oil*, butyrospermum parkii butter*, glycerin, pongamia glabra seed oil*, olea europaea fruit oil*, olea europaea leaf extract*, camellia sinensis leaf extract*, glyceryl oleate, canola oil, magnesium sulfate, hippophae rhamnoides oil*, chamomilla recutita flower extract*, lycium barbarum fruit extract*, simmondsia chinensis oil*, oryza sativa bran oil, oenothera biennis oil*, macadamia ternifolia oil, glycyrrhiza glabra extract, mica, alumina, lécithine, tocopherol, bisabolol, tocopheryl acetate, stearic acid, parfum, citronellol, limonene. *Ingrédient issu d’une agriculture biologique. Petit plus : cette crème est vegan, non testée sur les animaux.


Comme pour les autres produits on constate une grande disparité entre les produits bio et les autres.

En espérant que ça vous aidera à faire votre choix.

Si une référence manque, n’hésitez pas à me le signaler en commentaire, que je puisse l’ajouter.

D’ailleurs je vous remercie des nombreux retours que vous m’avez fait 😀

Si jamais vous voulez voir par vous-même si la composition d’un produit est clean ou non, vous pouvez aller sur le site La vérité sur les cosmétiques.

Reprendre le travail en allaitant

C’est un fait, le congé maternité en France est court.

De 6 semaines prénatales et 10 semaines postnatales pour un premier enfant, quand au Danemark, en Serbie ou encore en Croatie il est de 52 semaines, où le salaire est maintenu à 100% !

Bien souvent, les mamans allaitantes ou leurs entourages s’imaginent qu’à la reprise du travail il va falloir sevrer, et donc qu’avant cette reprise qu’il va falloir habituer bébé au biberon.

D’ailleurs des institutions comme la sécurité sociale elle-même envoient aux mamans des contenus douteux sous entendant cette obligation…

Faux, faux et encore FAUX !

Continuer à allaiter demande de l’organisation, mais quand on est bien informée et accompagnée cela peut se faire sans souci.

A ce jour bébé a 17 mois. J’ai dû reprendre le travail à ses 3 mois et le faire garder par une assistante maternelle, et il est toujours allaité. Il l’a même été exclusivement, sans introduction de lait artificiel pendant tout l’allaitement, et sans solide jusqu’à 7 mois et demi puisqu’il n’a été diversifié qu’à ce moment là en DME (ça sera le sujet d’un prochain article :p)

Je vais profiter de cet article pour partager avec vous mon expérience sur le sujet, et quelques billes qui vous permettront d’anticiper et relativiser ce moment, et surtout vous rassurer.


Le biberon

Une des première fausse idée largement propagées est qu’il va falloir habituer bébé au biberon. Quand on allaite, son utilisation est déconseillée. Elle peut entrainer une confusion sein/tétine. Bébé peut se mettre à téter le sein différemment et entrainer des douleurs à la maman en plus de ne plus stimuler correctement le sein, ou carrément se mettre à refuser le sein, celui-ci demandant un effort plus important pour avoir du lait que le biberon.

Unknown

 

On conseille en général l’utilisation d’une tasse à bec, par exemple la Avent,

medela

 

ou encore de la softcup de Medela.


Il y a également beaucoup de méconnaissance  autour du tirage de lait.

Quelques pistes ici concernant la location d’un tire-lait.

Il faut savoir que certains déconseillent de tirer son lait avant 6 semaines, comme d’autres recommandent de le faire dès le départ. Sauf cas spécifique ce n’est pas une nécessité de tirer son lait. Cela ne compromet en rien l’allaitement.

Vous pouvez très bien commencer à tirer votre lait tranquillement, pour apprivoiser le tire-lait, une fois un « rythme » pris avec bébé. Puis de manière plus régulière et commencer à faire du stock en vue de la reprise.

De manière générale, tirer le matin après une bonne nuit de sommeil et/ou en double pompage électrique ou un sein pendant que bébé tête l’autre marche bien; mais chaque maman étant différente n’hésitez pas à tester différentes choses et trouver ce qui vous convient le mieux.


Pour conserver votre lait vous pouvez trouver ici tout ce qu’il y a à savoir sur les temps de conservation.

Concernant les récipients de stockage il y a plusieurs écoles.

 – Il existe des récipients vendus exprès pour :

avent

  • des sachets stériles de marque Avent, Lansinoh, Medela… qu’on peut trouver en pharmacie mais qui restent relativement moins chers sur internet, qui ont l’avantage de prendre moins de place que les pots et qui sont plus économiques si on doit stocker en grosse quantité, pour ma part j’avais une préférence pour les Avent;

pots

  • ou encore des pots exprès pareil, trouvables en pharmacie ou sur internet, qui présentent l’avantage de pouvoir être utilisés plus tard pour la diversification, par exemple ceux-là.

– Certaines mamans congèlent dans des bacs à glaçons en silicone et transfèrent par la suite dans des sachets congélation.

Les deux méthodes sont faisables, mais personnellement je trouve la méthode des glaçons bien uniquement pour  les débuts parce qu’il est dur d’estimer combien bébé va boire. Passé quelques temps il est plus facile de prévoir. La chose qu’il faut éviter c’est de congeler par trop grosse quantité, le lait congelé ne pouvant être chauffé une deuxième fois. On peut par exemple congeler par 120ml en moyenne et prévoir des petits sachets de 50-60 ml. Si bébé boit plus on peut ainsi chauffer deux sachets en même temps, si bébé boit moins on pourra tout à fait liquider les petits sachets en les chauffant par deux aussi.

Attention aussi à dater les congélations, même si le lait peut se garder jusqu’à un an au congélateur il vaut mieux faire tourner les stocks de temps en temps pour qu’il colle au plus près aux besoins de bébé.


Tirer au travail

Je vous disais qu’à la maison avant la reprise, on pouvait tirer une fois par jour ou plusieurs fois le temps de stocker au congélateur, une fois la reprise faite, pour ma part ça a été différent. Je sais qu’il y a plusieurs manières de faire et celle que je vais vous donner n’engage que moi mais pour ma part, je tirais chaque jour plusieurs fois au travail dans l’objectif de fournir uniquement en « frais » la nounou, le surplus allant au congélateur qui devait servir de réserve. Certains jours plus speed au boulot je ne pouvais pas tirer et dans ce cas là la nounou avait quelques sachets au congélateur. Idem pour le papa (je pars tôt le matin, et malgré les tétées matinales bébé se réveillait en général avec une dose de lait dans les bras de papa).

Une journée type je tirais une fois avant de partir le matin si bébé n’avait pas tété, deux à trois fois au travail, souvent une fois à la maison une fois bébé couché.

Ça peut paraître contraignant mais avec le temps et l’habitude de tirer dix minutes me suffisait à tirer la quantité voulue, et le week-end bébé à volonté entretenait la lactation.

Certaines diront qu’il est compliqué de tirer au travail, que ce soit une question de temps de pause ou de local non adapté.

Il y a toujours moyen de s’arranger, ne désespérez pas !

Déjà, il y a des textes de loi qui protègent les mamans allaitantes :

En France, l’article L. 224-3 du Code pose le principe général selon lequel « la mère peut toujours allaiter son enfant dans l’établissement » ; le local destiné à cet effet doit être séparé de tout local de travail, avoir un point d’eau à proximité, être propre, pourvu de sièges convenant à l’allaitement, et correctement chauffé.
L’article 224-4 prévoit par ailleurs que les entreprises employant plus de cent femmes peuvent être mises en demeure d’installer des « chambres d’allaitement » ; pas moins de 20 articles du Code décrivent par le menu l’aménagement et l’équipement de ces chambres d’allaitement, qui ressembleraient davantage à des crèches d’entreprise (alors que dans le simple local, « les enfants ne peuvent séjourner que pendant le temps nécessaire à l’allaitement »).
Ajoutons que d’après l’article R. 232-10-3 (issu du décret du 31 mars 1992), « les femmes enceintes et les mères allaitant leurs enfants doivent avoir la possibilité de se reposer en position allongée, dans des conditions appropriées. » Cette règle plus récente est très intéressante, car fort utile et d’application beaucoup plus large, puisqu’elle concerne toute entreprise quel qu’en soit l’effectif, et profite à toute salariée qui déclare allaiter, et non pas seulement à l’allaitement sur le lieu de travail.

Le temps d’allaitement pendant le travail est prévu par le Code pour tout type d’entreprise et quel que soit l’effectif : « pendant une année à compter du jour de la naissance, les mères allaitant leurs enfants disposent à cet effet d’une heure par jour durant les heures de travail » (art. L. 224-2), « répartie en deux périodes de trente minutes, l’une pendant le travail du matin, l’autre pendant l’après-midi. Le moment où le travail est arrêté pour l’allaitement est déterminé par accord entre les intéressées et leurs employeurs. A défaut d’accord, il est placé au milieu de chaque demi-journée de travail » (art. R. 224-1).

Source : LLL

Si jamais votre employeur est réticent n’hésitez pas à lui adresser vos demandes par recommandé textes de loi à l’appui.

Il serait contraignant de balader son tire-lait électrique, selon sa taille, au travail sans compter le risque de l’oublier et d’être embêtée à la maison. Certaines mamans optent pour l’achat d’un tire-lait manuel, pour ma part les téterelles du lactina de Medela s’utilisant en manuel j’ai évité le double achat. Il existe des groupes Facebook comme celui-ci où on peut acheter des articles d’occasion, permettant de limiter les coûts.

Pour le stockage du lait, on a pas toute la chance de bénéficier d’un frigo au travail mais il existe des glacières électriques qui maintiennent à même température. Pour le transport, si vous avez la possibilité, une glacière avec des pains de glace font très bien l’affaire aussi.


Mode de garde

J’ai la chance d’être tombée sur une assistante maternelle qui n’avait jamais eu en 20 ans à donner du lait maternel à un bébé qu’elle gardait, mais qui avait allaité elle-même deux ans chacun de ses enfants.

Je sais que certains pros se montrent réticents ou méconnaissent simplement la pratique.

Pour moi il est important d’aborder le sujet avec eux lors des premières rencontres et des questionnements généraux.

Certaines crèches ont des protocoles un peu contraignants mais il est parfois possible de les assouplir en leur fournissant toutes les informations nécessaires.

Dans tous les cas, pour pouvoir être sure de leur fonctionnement et qu’il vous corresponde, que ce soit un accueil collectif ou non, voici quelques questions ou quelques points à aborder :

  • Est-il possible de fournir une à deux tasse à bec et de ne pas utiliser de biberon ?
  • Comment chauffent-ils le lait (dans certaines crèches ils utilisent encore le micro-ondes) ?
  • Quand le lait est conservé au frigo, il y a souvent une pellicule de gras qui se forme sur le dessus, n’entravant en rien sa consommation. Il suffit de mélanger doucement (sans secouer) pour homogénéiser.
  • Le lait maternel se donne à la demande y compris lorsque ce n’est pas au sein.
  • Acceptent-ils de remettre au frigo du lait frais non fini ? Si non de ne pas le jeter et de le restituer au parent le soir ?
  • Acceptent-ils de garder quelques sachets de lait congelé dans le cas où bébé avait plus faim un jour/un contenant se renversait ou autre ?

Certaines mamans dont les enfants sont gardés par une assistante maternelle mettent en place un cahier de liaison et y collent le tableau de conservation avec quelques infos et recommandations.


En espérant que cet article vous ait aidé à appréhender, anticiper et prévoir la reprise, n’hésitez pas à me faire un retour  😀

Pâte à modeler comestible

Quand on a des enfants, il y a certaines activités ou certains matériaux qui sont incontournables.

La pâte à modeler en fait partie.

Sauf que les marques ont beau essayer de nous rassurer, ils ne dévoilent pas la composition complète de leurs produits (Play Doh sur son site internet entre autres).

En cherchant un peu sur internet, on s’aperçoit que certains composants sont cracras.

Pas super de manière générale, encore plus quand les enfants sont dans la période je porte tout à la bouche…

Quoi de mieux que de faire sa pâte soi-même ?

Je partage avec vous la recette que j’utilise, qui n’a que des avantages. Entre autres : elle ne nécessite que des ingrédients qu’on a souvent déjà dans le placard, est rapide à faire, ne coûte quasi rien, ne nécessite pas de cuisson au four.


Vous aurez besoin de :

120g de farine,
120g de sel,
1 verre d’eau tiède,
un sachet de levure chimique (ou 10g de bicarbonate de soude),
une cuillère à soupe d’huile végétale (j’utilise pour ma part la classique huile de tournesol),
des colorants alimentaires.

On commence par mélanger les ingrédients secs dans une casserole, auxquels on ajoute ensuite la cuillère d’huile.

On porte la casserole à feu doux en ajoutant l’eau en filet, tout en mélangeant au fouet ou à la spatule.

img_7413

Comme une pâte à chou, la pâte va se décoller des bords. Quand elle l’est complètement elle est prête.

On divise la pâte en autant de couleurs qu’on veut faire, et on y ajoute quelques gouttes de colorants (trois quatre suffisent).


P’tite astuce pour que la couleur soit bien homogène : je farine mon plan de travail et pétris ma pâte comme une pâte à pizza.

img_7419

Et voilà, en cinq minutes de temps, une recette facile à faire avec les enfants si on le souhaite.

Elle se conserve bien en pot hermétique, et si jamais les enfants veulent la mélanger, ça sera rapide d’en refaire :p

Si vous avez des anciens pots de pâte industrielle, ça permet de les ranger par couleur par exemple.

img_7422